Une finesse, une présence

01/04/2019

Un cerf volant halète en rebonds syncopés.
Il se fait traiter de caractériel
mais il boit l’air et l’herbe du mieux qu’il peut.
Ses goulées sont menues.
Son acuité nait des froufrous,
des couleurs vives de ses ailes.

Et puis le puits s’installe, celui qui fait vibrer
les rainures de la lune et de l’eau toute noire.
Il maîtrise l’aplat, s’en amuse
et claque les reflets de quelques vagues bien senties.

Il y a le jour, le milieu et la nuit.
Un jour ils feront une ligne ensemble et on pourra s’y poser.
Ils couvent tous
un petit héron
qui marchera lentement
les pattes dans l’eau.